Alpine A424
Alpine A424

Fortes des enseignements des premiers tests estivaux au Circuit Paul Ricard, les équipes Alpine et Signatech ont travaillé sur des évolutions de l’A424 et finalisé le soft définitif permettant de gérer la voiture.

Tous ces nouveautés ont été testées à l’occasion de journées de travail au simulateur, puis, grandeur nature sur le circuit de Lurcy-Lévis, où 780 km ont été effectués au total durant deux journées de pré-tests. Outre ces validations, ce roulage a permis de dégrossir les réglages sur des systèmes tels que le freinage, le différentiel et bien d’autres points incontournables. Une bonne préparation dans l’optique d’ optimiser la séance à Aragon.

Mercredi dernier, l’Alpine A424 entamait ainsi une nouvelle séance de développement à Motorland, avec un programme de travail copieux sur deux journées. Rythmés par des runs courts et longs, les tours effectués en piste et le ressenti donné par les pilotes sur la voiture, apportaient des données et des informations précieuses aux ingénieurs.

Dès le premier jour, 758 km – dont deux runs de trente-six tours – ont été réalisés l’après-midi par Nicolas Lapierre, permettant aux équipes de travailler différents éléments sur la voiture, notamment la hauteur de caisse, afin d’optimiser l’aérodynamique.

L’objectif des runs longs, en double relais, était notamment de favoriser la compréhension de l’endurance des pneumatiques Michelin WEC 2024 et le comportement thermique sous capot. Les runs courts, quant à eux, ont permis d’ajuster la balance aérodynamique mais aussi la répartition des masses et le fonctionnement du système hybride.

Les équipes ont également pu profiter de ces deux journées d’essais pour commencer les travaux plus fins sur le setup mécanique,

L’Alpine A424 reprendra la piste à Jerez du 17 au 19 octobre, pour une nouvelle séance de travail de mise au point avant la première séance d’endurance, fixée à mi-novembre, le tout avec en ligne de mire l’échéance de l’homologation qui approche à grand pas, déjà ! Mais avant cela, l’A424 se rendra à Viry-Châtillon afin que les ingénieurs puissent continuer à affiner toutes les phases dites « de garage » – dont le fire up – et d’analyser les parties électriques et électroniques.

Bruno Famin, Directeur Alpine Motorsports : « Le travail des différentes équipes autour de ce projet A424 continue de progresser et il y a une vraie osmose qui est en train de se créer entre les différentes parties prenantes et c’est vraiment plaisant.
Ces deux jours ont été intenses. Toutes les étapes de déverminage sont désormais derrière nous et nous sommes entrés dans le vif du sujet à Aragon, avec la mise au point des différents systèmes de la voiture et du travail sur l’aéro.
Les choses avancent dans le bon sens, mais nous ne sommes qu’au début de l’histoire et il y a encore énormément à faire, dans tous les domaines.
Nous restons concentrés sur les prochaines étapes avec notamment la première endurance et la préparation de l’homologation. »

Philippe Sinault, Team Principal Alpine Endurance Team : « Les tests se sont bien passés. Les points positifs du circuit Paul Ricard se sont confirmés à Motorland et la voiture a continué de montrer un comportement sain. C’était une étape pivot du programme car, après avoir passé les missions liées au déverminage, nous avons commencé à faire marcher tous les éléments de la voiture ensemble : le système hybride, la partie moteur et châssis. Matthieu et Nico ont enchainé les relais sur plus de 1500 km au total, parfois même des doubles relais sans sujet de fiabilité, donc c’était assez satisfaisant et constructif. Sur cette étape, nous avons réellement pu commencer notre vrai rôle d’exploitant, avec notamment la compréhension de la voiture et la mise en place des bons réglages. Le bon fonctionnement humain est palpable et cela favorise vraiment les échanges pour ce gros challenge qui nous attend. Nous avons encore beaucoup de travail devant nous mais nous sommes sur la bonne voie. »