Bugatti W16 Mistral fait sa première européenne

Bugatti W16 Mistral
Bugatti W16 Mistral

Bugatti a dévoilé la W16 Mistral1 pour la première fois à The Quail, A Motorsports Gathering lors de la Monterey Car Week aux États-Unis en août. Chantilly Arts & Elegance a donc permis aux visiteurs d’apercevoir le véhicule pour la première fois en Europe. 

Une occasion rare puisque les 99 exemplaires – vendus à un prix unitaire de 5 millions d’euros net – ont déjà tous été réservés avant même la première apparition officielle à Monterey. La Bugatti W16 Mistral a été présentée samedi en toute intimité à quelques privilégiés sous le dôme des Grandes Écuries, à Chantilly, lors du très exclusif dîner de gala auquel Bugatti avait convié une soixantaine d’invités. Les visiteurs de Chantilly Arts & Elegance Richard Mille ont pu admirer la Mistral W16 dans le parc, juste à côté du Château, où elle était exposée.

Tout au long du weekend, les clients et amateurs de Bugatti ont également été accueillis sur le stand officiel de la marque. De nombreux véhicules exceptionnels – une Chiron2, une Chiron Sport3, une Chiron Pur Sport4, deux Chiron Super Sport5, une Divo6, une EB110, une Type 57 Gangloff, une Veyron ainsi que la Veyron Grand Sport Vitesse détentrice du record du monde de vitesse – dont certains prêtés par des clients, y étaient exposés. Six Bugatti Baby II ont également séduit petits et grands. Tous les modèles des clients Bugatti étaient présents lors du Grand Prix des Clubs le dimanche 25 septembre.

La Bugatti W16 Mistral était l’une des neuf voitures inscrites au Concours d’Élégance cette année. Les véhicules présentés au jury ont été sélectionnés car symbolisant le summum du design et de la technologie automobile contemporaine.

Chantilly Arts & Elegance Richard Mille a été créé pour rendre hommage à l’esprit, à l’ambiance et au charme des premiers Concours d’Élégance automobiles organisés en France dans les années 1920. On y célébrait à l’époque les modèles les plus exceptionnels de l’industrie automobile naissante, mais aussi la finesse des créations haute couture des plus grandes maisons parisiennes.

Un siècle plus tard, le Concours d’Élégance de Chantilly réunit à nouveau l’univers de la haute couture et celui de l’excellence automobile pour faire revivre cette gloire passée en invitant chaque designer automobile à s’associer à une maison de couture. Lors de la parade du dimanche, les voitures ont défilé aux côtés de mannequins élégamment habillés par les plus grandes maisons – le choix des tenues et la cohérence avec le véhicule présenté comptaient pour 25 % de la note globale.

Pour cet évènement, Bugatti a choisi de s’associer à la maison de couture Dylan Parienty Paris. Créateur sans limite, Dylan Parienty était le partenaire idéal pour mettre en valeur l’avant-gardiste Bugatti W16 Mistral et habiller le mannequin qui allait l’accompagner lors du défilé. Une robe noire élégante et intemporelle, incrustée de cristaux jaunes Swarovski : un choix de tenue faisant écho à l’élégance de la W16 Mistral et au sentiment de liberté qu’elle inspire avec un clin d’œil à son design intérieur noir et jaune.

Conçue pour l’aventure automobile, la W16 Mistral rend hommage à l’un des modèles les plus élégants de la marque, la Type 57 Grand Raid Usine. Comme ce modèle légendaire, la W16 Mistral arbore les couleurs choisies par Ettore Bugatti pour nombre de ses voitures personnelles, le noir et le jaune, qui – pour les connaisseurs de la marque – désignent de manière intemporelle l’élégance et la performance selon Bugatti. Et pour continuer à façonner l’avenir de la marque, les concepteurs et ingénieurs de la W16 Mistral se sont à nouveau appuyés sur les fondamentaux d’Ettore Bugatti, tout en utilisant au mieux les dernières technologies automobiles.

Autre temps fort de la journée de dimanche : le Concours d’État où de nombreux modèles Bugatti étaient également représentés. La marque sponsorisait deux classes : la « Bugatti Type 55 » et la « Bugatti, La Renaissance ».

Quatre voitures figuraient dans la première catégorie, dont deux d’une importance historique exceptionnelle. La Bugatti Type 55 Figoni, voiture unique en son genre, a couru au Mans en 1932 avec le légendaire pilote d’usine Louis Chiron et le comte Guy Bouriat, avec qui il partageait le volant. Malheureusement, une pierre coincée entre l’essieu arrière et le réservoir du carburant provoqua une fuite et priva la voiture de la fin de la course. Cela ne l’a cependant pas empêchée de remporter par la suite plusieurs concours dans toute l’Europe. Une Type 55 Roadster conçue par Jean Bugatti lui-même figurait également dans cette classe, l’un des 15 exemplaires construits et l’une des plus remarquables qui existe.

La classe « Bugatti, La Renaissance » a présenté quatre variantes de l’emblématique EB110 lancée en 1991 : une Bugatti EB110 GT de 1994, une Bugatti EB110 S Le Mans de 1994, une Bugatti EB110 S Sport Competizione de 1995 et une Bugatti EB110 S de 2000.

La Bugatti Type 55 Roadster Jean Bugatti (1932) et la Bugatti EB110 S Le Mans (1994) ont été toutes les deux couronnées « Vainqueur de Classe ». Leurs propriétaires ont reçu les prix directement de la main du Directeur des Ventes et du Marketing de Bugatti Automobiles, Hendrik Malinowski, et du Responsable des Ventes, Guy Caquelin.