Le ministre de M. Aït Ali ministre de l’Industrie et des Mines, a affirmé que les véhicules de moins de 3 ans importés par les particuliers couteraient plus chers que les prix des véhicules neufs vendus en Algérie.

Le Ministre a rappelé que les véhicules d’occasions de moins de 3 ans importés seront “assez élevés” du fait que le “prix d’un véhicule de moins de trois ans en Europe n’est pas bradé” et vu l’impact du faible taux de change du Dinar par rapport à l’Euro et au dollar, en plus du paiement de droits de douanes allant à 30% et d’une TVA à 19%.

Et même en cas d’application du démantèlement tarifaire, prévu dès septembre prochain dans le cadre de l’accord d’association Algérie-UE, une “taxe locale” sera alors instaurée sur les importations des voitures importées, a-t-il encore avancé.