Le constructeur allemand Mercedes-Benz vient de dévoiler une avancée majeure dans le domaine de la conduite semi-autonome. La fonction de changement de voie automatique (ALC) est désormais disponible dans 33 pays européens, marquant une évolution significative de l’assistance à la conduite.

Cette technologie, déjà en service en Amérique du Nord depuis 2023, équipera pas moins de 15 modèles de la marque à l’étoile, allant de la Classe C à l’imposant EQS SUV. Mais la véritable révolution réside dans la possibilité de mettre à jour près de 200 000 véhicules déjà en circulation via une simple mise à jour « over-the-air » (OTA).

Concrètement, l’ALC permet au véhicule d’initier seul un changement de voie sur autoroute, que ce soit pour dépasser un véhicule plus lent ou pour suivre un itinéraire prédéfini. Le système, actif entre 80 et 140 km/h, s’appuie sur un arsenal de capteurs radar et de caméras pour surveiller l’environnement du véhicule en temps réel.

Markus Schäfer, directeur de la technologie chez Mercedes-Benz, ne cache pas sa fierté : « Avec l’ALC, nous démontrons une fois de plus notre force d’innovation dans le développement de systèmes d’aide à la conduite. C’est aussi la première fois que nous proposons une fonction de conduite en tant que mise à jour en direct. »

L’utilisation se veut intuitive. Le conducteur n’a qu’à régler la vitesse souhaitée via l’Assistant de régulation de distance DISTRONIC, et l’assistant directionnel actif prend le relais pour les changements de voie. Toutefois, Mercedes-Benz insiste sur le fait qu’il s’agit d’un système de niveau 2 : le conducteur reste responsable de la conduite à tout moment.

Cette innovation s’inscrit dans une stratégie plus large de Mercedes-Benz, qui propose déjà plus de 40 systèmes d’assistance à la conduite. L’ALC vient compléter cet arsenal technologique, renforçant la position de la marque dans la course à la voiture autonome.

La mise à jour OTA, prévue à partir de septembre 2024, concernera un large éventail de modèles, de la Classe E à l’EQS, en passant par le GLC. Les propriétaires seront notifiés de la disponibilité de la mise à jour dans leur région et pourront l’installer via l’écran MBUX ou l’application Mercedes me.

Cette avancée soulève néanmoins des questions sur l’adaptation des conducteurs à ces nouvelles technologies. Si Mercedes-Benz promet une utilisation intuitive, le passage d’une conduite traditionnelle à une conduite semi-autonome nécessitera sans doute un temps d’adaptation pour certains utilisateurs.

Avec l’ALC, Mercedes-Benz franchit une nouvelle étape vers la démocratisation de la conduite autonome. Reste à voir comment cette technologie s’intégrera dans le paysage routier européen, et si les conducteurs seront prêts à déléguer une partie de leur contrôle à leur véhicule.

Lire aussi : Mercedes-Benz Vans France propose le Citan électrique en version frigorifique