En marge des essais de la nouvelle Peugeot 208 organisés au Maroc pour la région Afrique du Nord, le Directeur de la Région Afrique et Moyen-Orient, Mr Cherfan Samir, a confirmé à la presse algérienne présente, les engagements du Groupe PSA dans le projet de la réalisation de l’usine Peugeot Citroen Algérie Production (PCPA) sis à Oran, dont les travaux s’achèveront au début de l’année prochaine, pour une entrée en production au courant du premier semestre de 2020.

En effet, Mr Samir Cherfan Directeur de la Région Afrique et Moyen-Orient chez Groupe PSA, accompagné de Mr Yves Peyrot Des Gachons, Directeur de Zone pour la région Maghreb (MGH) ont partagé leur vision très optimiste à propos du projet de l’usine Peugeot Citroen Algérie Production (PCPA), une vision qui traduit la volonté et l’engagement du Groupe en vue de la préservation de la renommée de la marque Peugeot notamment dans le marché algérien, mais aussi les autres marques du Groupe, puisqu’il n’est pas exclu que l’usine d’Oran, pourra à l’avenir introduire les marques Citroen, Opel et DS dans la gamme des véhicules qui y seront assemblés.

Plus concrètement, Mr Cherfan a précisé que la réalisation de l’usine en est au stade de la pose de la charpente, en avançant donc vers la préparation ds hangars qui accueilleront les installations qui seront aux normes du groupe PSA. Le début de l’activité de l’usine d’une capacité de production de 50000 unités/an, prévu pour le mois de mars prochain, commencera par l’assemblage de modèles Peugeot, qui n’ont pas été précisés ou confirmé, mais l’on s’attend à ce que le nouvelle 208 sera parmi les premiers modèles proposés.

Répondant à une question à propos des dernières décisions du Gouvernement Algériens qui ont freiné l’activité de l’industrie automobile, tel que le plafonnement des quotas d’importation des kits CKD/SKD, Mr Yves Peyrot Des Gachons, Directeur de Zone pour la région Maghreb (MGH), ex-Directeur de Peugeot Algérie, a précisé que le Groupe se conforme aux exigences du Gouvernement Algériens, en commençant par respecter le cahier des charges dans le développement du process d’assemblage pour atteindre les 15% de taux d’intégration dans une première phase, pour atteindre les 40% exigés au bout des 5 ans : “Nous nous adapterons de toute façon à toutes les situations et nous nous engagerons toujours à respecter les exigences du Gouvernement”, confirme Mr Des Gachons.