fiat 500e enordkap
fiat 500e enordkap

Tilo & Kjell ont participé à la E-Nordkapp Challenge avec une Fiat 500 e Cabriolet. Découvrez ici dans l’interview de quoi il s’agit avec la E-Nordkapp Challenge et comment la Fiat 500 e Cabriolet s’est comportée. La participation a été rendue possible grâce à l’organisation de l’équipe de la E-Norkapp Challenge et de DriveE24, qui ont mis à disposition la Fiat 500 e Cabriolet.

Chers Tilo, cher Kjell, pouvez-vous vous présenter brièvement ?

Tilo: Je suis Tilo, j’ai 20 ans et je suis né à Nürtingen. Je suis indépendant dans la production de vidéos et de photographies.

Kjell: Je m’appelle Kjell, je suis né à Reutlingen et j’ai grandi à Nüringen. Après le baccalauréat, j’ai commencé des études d’électrotechnique à Karlsruhe et depuis, je suis souvent en déplacement. J’ai découvert mon amour pour le volley-ball dès mon plus jeune âge. C’est là que nous nous sommes rencontrés et nous avons constaté que nous allions à la même école.

Vous avez participé à l’E-Nordkapp. Pour nos lecteurs, pourriez-vous définir brièvement de quoi il s’agit ?

Kjell: L’objectif de l’E-Nordkapp Challenge est de parcourir en voiture électrique, pendant l’hiver scandinave, le Cap Nord, le point le plus septentrional de l’Europe. Au total, environ 6500 kilomètres sont parcourus en étapes quotidiennes sur des routes enneigées et glacées.

Comment avez-vous découvert le défi et qu’est-ce qui vous a poussé à le relever avec la Fiat 500 e Cabriolet ?

Tilo: Mon cousin Fabian Ottmann, qui a également participé au défi, m’a informé de l’événement. Lorsque nous étions à la recherche d’une voiture appropriée, Michael Spötzl de DriveE24 nous a proposé sa Fiat 500e La Prima, et nous avons naturellement accepté.

Le véhicule avec lequel vous avez relevé le défi était une Fiat 500 e Cabriolet. Quelles ont été les premières impressions de la voiture lorsque vous êtes montés à bord pour la première fois et avez commencé à rouler ?

Tilo: Une nouvelle ère de conduite automobile. C’est ainsi que je décrirais ma première expérience de conduite d’une voiture électrique. Il faut avouer que c’était un peu déroutant de ne pas entendre le bruit du moteur, mais la traduction instantanée de la pédale d’accélérateur au moteur m’a impressionné dès le premier jour.

Kjell: La sensation avec laquelle la Fiat accélère en silence sur la route est indescriptible. On ne pouvait pas cacher son sourire. Après un court essai routier, nous savions que nous allions nous amuser avec cette voiture.

Après des milliers de kilomètres et plusieurs heures de route, vous avez pu découvrir le Fiat 500 e Cabrio. Qu’est-ce qui vous a particulièrement plu dans ce véhicule et quels sont les avantages dont vous avez pu bénéficier ?

Tilo: Malgré ma taille de 1,95 mètre, j’ai pu trouver confortablement de la place sur les sièges conducteur et passager. Mon coup de cœur a été sans aucun doute le toit ouvrant, qui s’est avéré très utile pour photographier les aurores boréales et les rennes… malgré le froid.

Kjell : Le Fiat CoDriver s’est avéré particulièrement utile. Il est impressionnant de voir à quel point le monde de la conduite autonome a évolué. Sur les tronçons plus longs, l’assistant nous a parfaitement aidés. Les sièges de la voiture m’ont également agréablement surpris. Malgré la conception de la voiture pour une utilisation en ville, on peut facilement rester assis pendant plusieurs heures d’affilée.

Quels sont vos suggestions pour la prochaine génération du Fiat 500 e ?

Kjell: Le défi du tour n’était généralement pas sur la route, mais plutôt le matin et le soir lors du chargement et du déchargement de la Fiat. Le modèle décapotable dispose d’un espace de chargement légèrement plus petit que le modèle normal. Avec un peu d’habileté et de routine, le chargement et le déchargement de la Fiat 500 e cabriolet n’étaient bientôt plus un problème.

Comment le Fiat 500 e Cabrio s’est-il comporté en tant que voiture de ville par rapport aux autres voitures électriques ?

Tilo: En raison de sa petite taille, nous avons toujours trouvé une place de parking, surtout lorsque nous n’avions pas besoin de charger la voiture.

Comment la température extérieure, le chauffage, les sièges chauffants, etc. ont-ils affecté l’autonomie de la voiture ?

Kjell: Nous avons toujours réglé le chauffage de la voiture entre 18 et 20 degrés. On ne peut pas se passer de la ventilation, sinon les vitres se brouillent très rapidement à l’intérieur avec les températures extérieures. Bien que nous ayons eu jusqu’à -20 degrés Celsius à l’extérieur, nous pouvions toujours parcourir 120 kilomètres avec une charge de batterie de 80 %. La qualité des routes a exercé une influence beaucoup plus importante sur l’autonomie lors du voyage. Surtout sur les routes enneigées et peu fréquentées, on a constaté une perte d’autonomie notable.

Vous étiez également en route dans la neige, comment était le comportement du véhicule, vous sentiez-vous en sécurité, deviez-vous parfois conduire avec des chaînes à neige?

Kjell: Nous étions équipés de deux façons. D’une part, nous avions des chaînes à neige avec nous, qui heureusement n’ont jamais été utilisées. De plus, sur recommandation de l’organisateur de voyage, nous avions des chaussettes à neige avec nous. Ils sont particulièrement faciles à monter et améliorent également l’adhérence sur les routes enneigées. Déjà le deuxième jour, nous avons conduit avec eux sur une petite passe. À posteriori, cela aurait probablement été possible sans les chaussettes également. En général, l’adhérence de la voiture avec le contrôle de traction était très convaincante. Même sur des routes glissantes, on n’a jamais eu l’impression de perdre le contrôle de la voiture.