Mercedes-Benz 300 SL Roadster (W 198)
Mercedes-Benz 300 SL Roadster (W 198)

Le tout nouvel événement « The I.C.E. St. Moritz » présente des automobiles anciennes dans un cadre extraordinaire : les 24 et 25 février 2023, un vaste éventail de voitures historiques sera exposé sur le lac gelé et enneigé de St. Moritz. Le vendredi, les véhicules seront présentés au public et au jury du Concours d’Elégance dans le « Parc Fermé ». Ils effectueront ensuite des tours rapides sur la glace le samedi.

Mercedes-Benz Classic démarre avec une C 111-II à moteur V8 (1970) et une 300 SLS, une sportive de tourisme (W 198, 1958). Parmi les conducteurs figurent l’ancien pilote d’usine et actuel ambassadeur de la marque Mercedes-AMG, Karl Wendlinger. La division Patrimoine de la marque présente une Mercedes-Benz 600 (W 100, 1963) à l’occasion de son soixantième anniversaire ainsi qu’une 300 SL Roadster (W 198, 1958) qui sera mise en vente.

« Mercedes-Benz Classic est ouvert à la nouveauté. Cela inclut sa participation à « The I.C.E » à Saint-Moritz. L’événement met en avant des voitures anciennes exceptionnelles, en milieu de la saison froide, lorsque les voitures historiques ont tendance à rester au garage. Les montagnes, la neige, la glace et, espérons-le, le soleil, serviront de décor à ce nouveau concept. »

Marcus Breitschwerdt, Responsable du Patrimoine de Mercedes-Benz

Circuit sur une glace de 50 centimètres d’épaisseur

Le nom « The I.C.E. » signifie officiellement « International Concours of Elegance » et fait en même temps référence à la surface glacée du circuit. Le circuit n’existe que pendant trois mois de l’année lorsque le lac de Saint-Moritz présente une couche de glace d’environ 50 centimètres d’épaisseur en hiver. Le parcours ovale, incluant une couche de neige, est créé sur le lac. Le site est utilisé pour diverses manifestations, dont le polo. Lors de « The I.C.E. », les véhicules s’affrontent dans des catégories telles que « Jetset on Ice », « Vintage Road Racing », « Stars on Wheels », « Barchettas on the Lake » et « Concept Cars ». Un gagnant sera désigné dans chacune des catégories. La Mercedes-Benz C 111-II à moteur V8 concourra dans la catégorie « Concept Cars » et la Mercedes-Benz 300 SLS (« Super Light Sport ») dans la catégorie « Barchettas ».

L’histoire de l’événement remonte à l’hiver 1985 : À l’époque, un groupe d’Écossais et d’Anglais avaient découvert le circuit jalonné sur le lac gelé de Saint-Moritz comme piste pour leurs Bentley classiques. Après plus de 30 ans, l’un des spectateurs de l’époque a repris l’idée. C’est ainsi qu’en 2019, la course d’essai de « The I.C.E. » avec des voitures de sport a été couronnée de succès. Après une interruption due à la pandémie, le concours d’élégance sur glace revient avec un programme complet depuis 2022.

L’ambassadeur de la marque Mercedes-Benz Classic au « I.C.E. » 2023

Karl Wendlinger

Il naît le 20 décembre 1968 à Kufstein, en Autriche.

Mercedes-Benz Classic est heureuse de confier à l’ancien pilote de course des modèles exclusifs issus de sa collection d’environ 1 000 véhicules. L’ambassadeur de la marque AMG a un style de conduite à la fois rapide, sûr et respectueux des voitures. En 1990, Wendlinger faisait partie de l’équipe Mercedes-Benz Junior dans le championnat du monde des voitures de sport avec Michael Schumacher et Heinz-Harald Frentzen. En tant que coéquipier de Jochen Mass et de Michael Schumacher, il remporte plusieurs victoires avec la Sauber-Mercedes. En 1993, Karl Wendlinger est passé à la Formule 1, où il était pilote pour l’équipe dirigée par le Suisse Peter Sauber.

Les véhicules Mercedes-Benz Classic à « The I.C.E. ». 2023

Mercedes-Benz 300 SLS Touring Sports Car (W 198), 1958

Utilisation : en mode dynamique (samedi 25 février) et statique (vendredi 24 février)

La Mercedes-Benz 300 SLS (« Super Light Sport ») est une édition spéciale de la 300 SL Roadster (W 198) destinée à la course automobile. Deux exemplaires de la voiture de sport de tourisme ont été construits en 1957 pour le championnat américain de voitures de sport, car l’homologation de la version de série du nouveau modèle pour la catégorie « Production standard » au cours de la saison 1957 n’était pas possible. Afin d’avoir encore une chance dans la seule course alternative de catégorie D, un roadster de série a été optimisé pour devenir la 300 SLS, qui ne pesait que 970 kilogrammes et produisait 173 kW (235 ch). C’est 360 kg de moins et 15 kW (20 ch) de plus que le 300 SL Roadster. Avec la 300 SLS, Paul O’Shea, soutenu par l’usine, remporte le championnat américain des voitures de sport dans la catégorie D avec une nette avance sur la concurrence. Il avait déjà remporté le titre en 1955 et 1956 avec la 300 SL « Gullwing ». Pour « The I.C.E. », Mercedes-Benz Classic utilise une réplique authentique de la 300 SLS originale.

Caractéristiques techniques – Mercedes-Benz 300 SLS (W 198)

Utilisation : 1957

Cylindres : 6 en ligne

Cylindrée : 2 996 cc

Puissance : 173 kW (235 ch) à 5 900 tr/min

Vitesse maximale : 260 km/h

Mercedes-Benz C 111-II avec moteur V8, 1970

Utilisation : en mode dynamique (samedi 25 février) et statique (vendredi 24 février)

Mercedes-Benz a présenté la C 111 au salon de l’automobile de Francfort (IAA) en septembre 1969. Avec sa forme cunéiforme et ses portes papillon, ce véhicule de test avait une carrosserie en plastique renforcé de fibres de verre (GRP) et était propulsé par un moteur Wankel à trois rotors d’une puissance de 206 kW (280 ch). Cette voiture de sport futuriste pouvait atteindre une vitesse de 270 km/h. L’année suivante, la version révisée C 111-II a été présentée au Salon de l’automobile de Genève, désormais équipée d’un moteur Wankel à quatre rotors et d’une puissance de 257 kW (350 ch). Dans cette version, la C 111 accélérait de l’arrêt à 100 km/h en 4,9 secondes et avait une vitesse de pointe de 300 km/h. Malgré de nombreuses commandes, la C 111 est restée un véhicule purement expérimental et n’est jamais entrée en production. En revanche, Mercedes-Benz a développé sur cette base une série de véhicules qui ont battu tous les records : la C 111-II D (1976) et la C 111-III (1977-1978), toutes deux équipées d’un moteur diesel à cinq cylindres, et la C 111-IV (1979) avec un moteur V8 à allumage commandé et un turbocompresseur. En 1970, la C 111-II a également servi de base à une variante V8 avec le moteur standard M 116 (147 kW/200 ch) pour des comparaisons d’entraînement avec la voiture de sport Wankel.

Caractéristiques techniques – Mercedes-Benz C 111-II avec moteur V8

Période de production : 1970

Cylindres : V8

Cylindrée : 3,499 cc

Puissance : 147 kW (200 ch) à 5 800 tr/min

Mercedes-Benz 300 SL Roadster (W 198), 1958

Utilisation : en mode statique

Au Salon de l’automobile de Genève en mars 1957, Mercedes-Benz a dévoilé le Roadster 300 SL (W 198), successeur du Coupé 300 SL « Gullwing » de la même série, qui avait fait ses débuts en 1954. Sur le plan technique, la voiture de sport décapotable ressemble beaucoup au coupé, bien que l’arceau de sécurité modifié permette désormais l’installation de portes à charnières conventionnelles. Celles-ci sont nécessaires pour la conduite en décapotable et sont plus pratiques pour monter et descendre. Le châssis a également été perfectionné : L’essieu oscillant à une seule articulation avec un point de pivot abaissé a été utilisé au lieu de la conception classique à deux articulations, et le Roadster 300 SL était équipé pour la première fois d’un ressort de compensation. À partir de l’automne 1958, le Roadster est également disponible sur demande avec un toit rigide amovible. C’est à partir du Roadster 300 SL standard que les ingénieurs de Mercedes-Benz ont développé la variante de course 300 SLS avec laquelle Paul O’Shea a remporté la catégorie D de l’American Sports Car Championship en 1957. La boucle était ainsi bouclée, puisque la 300 SL était basée sur la voiture de course du même nom (W 194), qui avait été utilisée avec beaucoup de succès en sport automobile lors de la saison 1952. En 1961, la 300 SL Roadster a été équipée de freins à disque, et en 1962 d’un carter en aluminium moulé. La production de la voiture de sport s’est poursuivie jusqu’en 1963. Au total, 1 858 exemplaires de cette voiture de sport très exclusive ont été construits en sept ans. Aujourd’hui, elle est l’un des classiques les plus recherchés.

Caractéristiques techniques – Mercedes-Benz 300 SL Roadster (W 198)

Période de production : 1957 à 1963

Cylindres : 6/en ligne

Cylindrée : 2 996 cc

Puissance : 158 kW (215 ch) à 5 800 tr/min

Vitesse maximale : jusqu’à 242 km/h

Mercedes-Benz 600 (W 100), 1963

Utilisation : en mode statique

La « Grande Mercedes » 600 – le véhicule exclusif de grand prestige » : avec ce titre, le communiqué de presse de Mercedes-Benz pour la première en septembre 1963 au Salon international de l’automobile (IAA) de Francfort-sur-le-Main positionnait la Mercedes-Benz 600 parmi les leaders de l’industrie automobile. Quelques-uns de ses points forts : le premier moteur V8 dans une voiture Mercedes-Benz, des performances comparables à celles d’une voiture de sport, de nombreuses fonctions de confort à commande hydraulique pour le réglage des sièges, l’ouverture et la fermeture des portes, des fenêtres et du couvercle du coffre. S’y ajoutent une suspension pneumatique, une direction assistée, un système de verrouillage centralisé ainsi qu’un système de chauffage et de ventilation à commande électronique. Tout bien considéré, l’équipement était unique à l’époque et était considéré comme étant à la pointe de la technologie pour cette période. Connue en interne sous le nom de W 100, la berline de luxe a conservé sa position de référence internationale de la catégorie automobile supérieure pendant près de deux décennies. Au cours des 17 années de sa construction, 2 677 exemplaires ont été construits, dont 487 en version Pullman. Le moteur V8 d’une cylindrée de 6,3 litres produisait 184 kW (250 ch). Des acheteurs du monde entier ont opté pour la « 600 » : Des altesses royales, des chefs d’État et des personnalités tout aussi remarquables du monde des affaires et du spectacle.

Caractéristiques techniques – Mercedes-Benz 600 (W 100)

Période de production : De 1963 à 1981

Cylindres : V8

Cylindrée : 6,332 cc

Puissance : 184 kW (250 ch) à 4 000 tr/min

Vitesse maximale: 205 km/h