« Morizo » met à l’épreuve la GR Yaris à hydrogène sur les routes de Belgique

Toyota GR Yaris hydrogène
Toyota GR Yaris hydrogène

Toyota Motor Corporation a annoncé avoir mis à l’épreuve sa GR Yaris H2 – une version spéciale de la Toyota GR Yaris équipée d’un moteur à combustion hydrogène – lors d’une démonstration effectuée durant la neuvième manche du championnat du monde des rallyes (WRC) à Ypres en Belgique. Ce rallye a été l’occasion pour Toyota de tester un véhicule à hydrogène en cours de développement sur des routes autres que celles du Japon.

Au volant de la GR Yaris H2 se trouvait le Président de Toyota, Akio Toyoda, également connu sous le nom de « Morizo ». Son copilote* n’était autre que l’ancien pilote finlandais et quadruple champion du monde des rallyes Juha Kankkunen, qui a d’ailleurs remporté l’un de ses titres mondiaux avec Toyota.

La GR Yaris H2 a participé en tant que voiture d’essai à la 11e spéciale (ES 11) disputée lors de la deuxième journée (20 août) de l’Ypres Rally Belgium, qui a eu lieu du 19 au 21 août. S’étendant sur une distance de 15 kilomètres, l’ES 11 a emprunté des chemins de campagne extrêmement étroits, longeant des champs et passant entre des habitations, ce qui en a fait une épreuve des plus difficiles, y compris pour des pilotes de rallye professionnels. La GR Yaris a servi de voiture d’essai et a couru devant une voiture de sécurité ayant pour fonction de confirmer les conditions de sécurité de l’étape avant le lancement de l’ES 11.

Morizo n’avait jamais piloté sur ces routes, ni eu l’occasion de les étudier avant la course. Toutefois, en s’appuyant sur les instructions de Kankkunen, il est parvenu à mener l’épreuve sans le moindre incident malgré des surfaces extrêmement glissantes et changeantes.

Les impressions de Morizo après la course

« Je suis très reconnaissant envers Juha d’avoir eu la courtoisie de me laisser piloter. Ses instructions de pilotage étaient synchronisées avec ma conduite, ce qui m’a mis à l’aise. Les routes étaient difficiles, non seulement glissantes mais également étroites, et leurs surfaces semblaient changer très rapidement. Elles n’étaient pas s’en rappeler celles utilisées pour le rallye du Japon, d’où une formidable occasion de penser aux courses disputées en ayant les spectateurs à l’esprit. Nous avions également sur place une (Toyota) Mirai (véhicule électrique à pile à combustible) servant de générateur d’énergie, et je crois qu’outre l’engagement d’une voiture à moteur à hydrogène, cela nous a permis de mettre l’accent en Europe sur le potentiel de l’hydrogène comme solution pour atteindre la neutralité carbone. »

Les impressions de Kankkunen

« Akio a très bien piloté. Et le moteur à hydrogène a développé un couple élevé, parfaitement à la hauteur d’un bloc essence. Les moteurs à hydrogène n’émettant pas de CO2, je suis convaincu qu’ils s’imposeront comme l’une des solutions permettant d’atteindre la neutralité carbone, non seulement dans le domaine des sports mécaniques mais également dans les déplacements automobiles quotidiens. »

*Pilote de la GR Yaris H2 lors des autres journées du rallye