Le constructeur chinois BYD s’apprête à poser ses valises en Turquie. Selon des infos qui ont fuité, le géant des voitures électriques va lâcher 1 milliard de dollars pour construire une usine dans l’ouest du pays.

Le président turc Erdogan devrait annoncer le truc en grande pompe dans la province de Manisa, là où l’usine va sortir de terre. Ni BYD ni le gouvernement turc n’ont voulu causer pour le moment.

Pourquoi la Turquie ? Bah, c’est malin : le pays a un accord douanier avec l’UE. Ça permettrait à BYD de contourner les taxes que l’Europe vient de coller sur les bagnoles chinoises. En plus, le marché turc des voitures électriques commence à décoller.

Tiens, d’ailleurs, la Turquie vient de faire marche arrière sur une taxe de 40% qu’elle voulait imposer aux voitures chinoises. Coïncidence ? On vous laisse juger.

BYD, c’est le nouveau boss des voitures en Chine. Ils veulent inonder l’Europe avec des modèles pas chers, genre moins de 20 000 balles. Ils ont déjà une usine qui pousse en Hongrie, une autre en Thaïlande, et ils lorgnent sur le Mexique.

Côté chiffres, c’est du lourd : presque un million de bagnoles vendues au dernier trimestre, 40% de plus que l’an dernier. En Europe, ils sont encore petits, mais ça monte en flèche.

BYD, c’est plus un constructeur qu’il faut prendre à la légère. Ils ont même piqué la place de Volkswagen comme sponsor de l’Euro de foot. Autant dire qu’ils ne sont pas là pour rigoler.

Lire aussi : BYD défie Volkswagen sur son terrain lors de l’Euro 2024