Renault va collaborer avec une entreprise chinoise pour développer une nouvelle génération de la Twingo électrique, qui sera proposée à moins de à 20 000 euros.

« Le développement du nouveau modèle se fera avec un partenaire chinois afin d’améliorer nos délais de développement et réduire les coûts », a déclaré un porte-parole de Renault à Reuters. Le design et le développement technologique du projet se feront en France, et la production se fera en Europe, affirme le représentant de la marque au losange.

Ampere, la division des véhicules électriques de Renault, dirige le projet de la nouvelle Renault Twingo électrique. Il y a quelques semaines, Renault et Volkswagen avaient mis fin à leurs discussions sur le développement conjoint de la nouvelle version électrique de la Twingo. Renault a précisé que sa décision de collaborer avec un partenaire chinois pour la Twingo n’était pas liée à l’accord précédent avec Volkswagen.

Renault avance vers l’électrique

Le PDG de Renault, Luca de Meo, a dévoilé les plans pour la Twingo électrique à la fin de l’année dernière. Le véhicule sera fabriqué en Europe, probablement au niveau de son usine de Novo Mesto en Slovénie, où la version actuelle est fabriquée, comme l’a indiqué de Meo lors de l’assemblée générale des actionnaires ce mois-ci.

Cette initiative de Renault vise à accélérer le développement des véhicules électriques, une approche de plus en plus privilégiée par les constructeurs d’Europe de l’Ouest qui cherchent à réduire leurs coûts en faisant appel à des ingénieurs de pays comme la Chine. Bien que l’ingénierie en Chine ne soit pas nécessairement moins chère, c’est là que se concentrent actuellement les principales innovations en matière de technologies des véhicules électriques.

Les constructeurs automobiles européens sont sous pression pour moderniser leur gamme de véhicules électriques alors que la croissance économique ralentit et que les subventions diminuent, ce qui pèse sur la demande de véhicules électriques. Pendant ce temps, les marques chinoises se développent dans la région avec des modèles plus abordable. BYD prévoit de proposer sa citadine Seagull l’année prochaine à moins de 20 000 euros.

Stellantis de son coté, prévoit de proposer des véhicules électriques de Leapmotor dans neuf pays européens à partir de septembre et introduira une version moins chère de sa Citroën e-C3 au début de l’année prochaine.