Audi Q4 e-tron : Les vitres défectueuses des voitures seront transformées en nouvelles vitres

Audi
Audi

Les vitres de voiture défectueuses vont souvent à la poubelle de recyclage lorsque la partie fissurée ne peut être réparée. Il n’existe pas encore de circuit fermé de matériaux pour le verre automobile endommagé. C’est là qu’Audi et ses entreprises partenaires Reiling Glas Recycling, Saint-Gobain Glass et Saint-Gobain Sekurit effectuent un travail de pionnier dans le cadre d’un projet pilote commun. 

Les entreprises partenaires veulent transformer le verre automobile endommagé en matériau recyclable pour la production de modèles et ont élaboré à cet effet un processus en plusieurs étapes : grâce à un procédé de recyclage innovant, les vitres de la voiture sont d’abord brisées en petits morceaux. Ensuite, toutes les impuretés non liées au verre, comme les résidus de colle, sont éliminées. Le granulat de verre ainsi obtenu est fondu et transformé en nouveau verre plat. Ce verre plat est ensuite transformé en une nouvelle vitre de voiture. Si ce projet pilote est couronné de succès, les vitres produites de cette manière seront utilisées à l’avenir dans les modèles de la série Audi Q4 e-tron.

En collaboration avec ses entreprises partenaires pour ce projet pilote, Audi relève le défi d’établir un cycle fermé de matériaux* pour le verre automobile. Ce projet s’inscrit dans le cadre de la stratégie d’économie circulaire d’Audi. L’entreprise considère ses produits sur l’ensemble de leur cycle de vie. Dans la mesure du possible, les matières premières concernées doivent être réintroduites dans le processus de production lorsqu’elles ne sont plus utilisées. Ainsi, les ressources peuvent être préservées lors du développement et de la fabrication et les effets sur l’environnement peuvent être réduits tout au long de la chaîne de valeur. Les déchets d’aluminium de l’atelier de presse d’Audi sont introduits dans un circuit fermé similaire depuis 2017. Avec le verre, un autre circuit de matériaux sera désormais fermé. “Notre objectif est d’utiliser des matériaux secondaires partout où c’est techniquement possible et économiquement raisonnable de le faire. Nous travaillons à l’introduction de matériaux auxquels nous avons un accès direct dans des circuits fermés”, explique Marco Philippi, responsable de la stratégie d’approvisionnement. “À l’heure actuelle, par exemple, les anciens vitrages de voitures ne sont pas utilisés pour produire de nouveaux vitrages de voitures. Nous voulons changer cela.”

Le recyclage du verre endommagé signifie que moins d’énergie et de matières premières doivent être utilisées globalement pour produire des vitres – l’utilisation de matériaux transformés permet en fin de compte de réduire la demande de matières primaires comme le sable quartzeux.

Audi a l’intention d’utiliser des vitres produites de cette manière dans la production en série de l’Audi Q4 e-tron. L’entreprise mise sur sa collaboration avec les fournisseurs pour développer de nouveaux circuits de matériaux et rendre la chaîne de valeur plus durable. Le potentiel est suffisant : actuellement, une grande partie des vitres de voiture ou des toits ouvrants panoramiques mis au rebut sont utilisés et transformés en bouteilles de boissons ou en matériaux d’isolation, par exemple. Si ce projet parvient à transformer les vitres endommagées en vitres neuves, il en résultera plusieurs avantages : la qualité du verre automobile de haute qualité sera préservée. Il y a aussi un autre effet positif sur les émissions de carbone. Le recyclage émet jusqu’à 30 % de dioxyde de carbone en moins que la fabrication de verre neuf.

La première étape : Reiling traite le verre automobile et sépare ses composants de manière homogène.

Le projet pilote de recyclage du verre commence par des concessionnaires sélectionnés dans le réseau de distribution du Groupe Volkswagen. Les clients dont la voiture a une vitre endommagée y prennent rendez-vous. Le partenaire commercial vérifie si la vitre peut être réparée. Si ce n’est pas le cas, la vitre est remplacée. La vitre cassée est livrée à l’entreprise Original Teile Logistik GmbH & Co. KG DE VOLKSWAGEN. Cette filiale de Volkswagen organise l’élimination des pièces qui ne sont plus nécessaires dans les ateliers de Volkswagen AG. Les partenaires de service retirent les vitres des voitures de ce processus pour les recycler.

L’étape suivante consiste à livrer les vitres endommagées à Reiling Glas Recycling. Là, elles sont d’abord brisées en petits morceaux et traitées. Ce faisant, Reiling réintroduit pour la première fois les anciens vitrages de voitures dans la production de verre plat. “Jusqu’à présent, le matériau recyclé était principalement transformé en bouteilles de boissons”, explique Daniel Rottwinkel, directeur de l’usine de Reiling Glas Recycling. “Le verre automobile doit répondre aux exigences les plus strictes, par exemple en matière de sécurité en cas de collision. Ces exigences ne s’appliquent pas aux bouteilles.” Par le passé, le verre post-consommation provenant des voitures n’était pas utilisé pour la production de verre plat, mais plutôt pour d’autres usages aux exigences moins strictes. C’est là que commence le projet commun : les entreprises partenaires veulent recycler le verre endommagé pour lui redonner sa qualité d’origine.

Afin de pouvoir produire des matériaux recyclables de haute qualité à partir de ce verre feuilleté usagé, Reiling Glas Recycling utilise des équipements modernes et performants. L’entreprise élimine les matériaux autres que le verre, comme les couches de plastique PVB (polyvinyle butyral) dans le verre, les bordures de fenêtres, les métaux et les fils, comme les filaments de chauffage et les câbles d’antenne. Le processus d’élimination est effectué à l’aide d’aimants, de séparateurs de métaux non ferreux, d’unités d’extraction et d’unités de tri électro-optique. Dans l’avenir, ces couches de PVB sont également destinées à être introduites dans le circuit d’un véhicule.

La deuxième étape : Saint-Gobain Glass transforme les tessons en nouveau verre de base et Saint-Gobain Sekurit les transforme en vitrage automobile.

Une fois que le recyclage du verre a été traité et que tous les déchets possibles ont été éliminés, Saint-Gobain Glass le transforme en verre plat à Herzogenrath, en Allemagne. Pour ce faire, les granulés de verre sont d’abord séparés par type pour une vérification claire de la source et de la couleur, puis stockés dans des bacs. La production de nouveau verre de base nécessite un recyclage du verre le plus pur et le plus homogène possible. Saint-Gobain Glass mélange alors la matière recyclée avec, entre autres, du sable de quartz, du carbonate de sodium et de la craie – les composants de base du verre. Pour l’instant, la proportion de matière recyclée par rapport aux autres matériaux varie entre 30 et 50 %.

L’objectif du projet pilote avec Audi est d’environ 40 tonnes de verre automobile recyclé. “Pour nous, ce cycle de fabrication de nouvelles vitres de voiture à partir d’anciennes est une étape importante vers la production de verre automobile d’une manière qui préserve les ressources et l’énergie”, explique le Dr Markus Obdenbusch, directeur de production responsable du float de Saint-Gobain sur le site de Herzogenrath. “Nous commençons tout juste à considérer le verre comme un produit recyclé, nous prévoyons donc qu’il y aura davantage de potentiel d’amélioration.”

Le verre plat est d’abord transformé en rectangles d’environ 3 x 6 mètres chacun. Ensuite, l’entreprise affiliée Saint-Gobain Sekurit produit le verre automobile par un processus supplémentaire.

Au-delà du projet pilote avec Audi, Saint-Gobain Glass prévoit de mettre en production jusqu’à 30 000 tonnes de tessons à Herzogenrath au cours des trois prochaines années, ce qui permettra d’économiser une quantité considérable d’énergie et de ressources naturelles et de réduire les émissions de carbone et la consommation d’eau. Cela signifie que l’entreprise émettra jusqu’à 75 tonnes de CO₂ en moins par rapport au tonnage d’une journée typique.

La troisième étape : Le verre automobile obtenu sera utilisé pour la série Audi Q4 e-tron.

Les trois entreprises partenaires ont décidé de soumettre le processus à un test initial d’un an afin d’en savoir plus sur la qualité, la stabilité et les coûts des matériaux. Si le verre peut être recyclé de manière économique et écologique, des vitres de voiture fabriquées à partir de matériaux secondaires seront utilisées dans la série Audi Q4 e-tron.