Renault Group a organisé en Roumanie les 17 et 18 juin un « field trip » dédié à Dacia. Cet événement est l’occasion pour Luca de Meo, CEO de Renault Group, Denis Le Vot, CEO de Dacia, et l’équipe dirigeante de Dacia de dévoiler le modèle économique unique de la marque et de montrer comment elle continue à croître tout en augmentant sa rentabilité.

Un modèle économique unique

Le modèle de Dacia repose sur trois composantes principales :

  1. Le design-to-cost : En se concentrant sur l’essentiel pour les clients, Dacia parvient à un coût inférieur de 15 % par rapport à la concurrence.
  2. Une base industrielle compétitive : Avec un taux d’utilisation des usines supérieur à 130 % et une forte intégration locale, Dacia optimise ses coûts.
  3. Un modèle de distribution efficace : Les coûts de distribution sont réduits de 50 % grâce à une politique de quasi-absence de rabais et à une forte part des ventes via des canaux digitaux.

Une nouvelle identité de marque : du low-cost au best value-for-money

Dans un contexte économique marqué par l’inflation et des réglementations accrues, les véhicules deviennent plus chers. Dacia répond à cette tendance en offrant des véhicules abordables et bien équipés, attirant ainsi de nombreux nouveaux clients. Sa nouvelle identité de marque, axée sur la simplicité, l’authenticité et la robustesse, a consolidé sa position en Europe.

Dacia attire 76 % de ses clients de la concurrence, et 68 % de ses clients actuels choisissent de racheter un véhicule Dacia, attestant de la fidélité à la marque. Avec une gamme simple et des valeurs résiduelles élevées, Dacia continue de se positionner comme un acteur clé du marché.

Performances et croissance continue

Dacia est en passe de confirmer, pour la quatrième année consécutive, sa place sur le podium des ventes à clients particuliers en Europe. Les chiffres de ventes jusqu’à avril 2024 témoignent de son succès :

  • Sandero : Véhicule le plus vendu en Europe pour les clients particuliers depuis 2017.
  • Duster : Numéro 1 des SUV vendus à clients particuliers.
  • Jogger : Véhicule le plus vendu sur le segment C hors SUV pour les clients particuliers.
  • Spring : Quatrième véhicule électrique le plus vendu sur les segments A et B.

Une approche économique et industrielle unique

Dacia adopte une méthode de conception design-to-cost, optimisant les coûts dès le départ. Avec une plateforme standard CMF-B, Dacia profite d’économies d’échelle et prévoit de doubler le volume de cette plateforme à 2 millions d’unités d’ici 2030. La marque maintient des dépenses de Capex et R&D inférieures à la moyenne grâce à un haut niveau de réutilisation entre les véhicules.

Vers une croissance future

Dacia étend son influence sur le segment C avec des modèles comme le Bigster, prévu pour 2025, et d’autres véhicules à venir. La marque vise à vendre 1 million de véhicules d’ici 2030, avec environ un tiers de ces ventes sur le segment C.

La transition vers des solutions électriques abordables est également en cours, avec une approche « à la Dacia » utilisant les technologies de Renault Group et Ampere. L’objectif est de réduire l’empreinte carbone de 50 % d’ici 2035 tout en offrant des motorisations adaptées aux carburants alternatifs.

Une rentabilité solide et croissante

Le modèle économique de Dacia garantit une croissance et une rentabilité solides :

  • Chiffre d’affaires : Prévu pour doubler entre 2022 et 2030.
  • Marge opérationnelle : Déjà à deux chiffres, avec un objectif de 15 % avant 2030.
  • ROCE : Supérieur à celui de Renault Group, avec une multiplication par deux entre 2022 et 2030.

Dacia continue de prouver que l’on peut offrir des véhicules abordables sans compromettre la qualité, l’innovation ou la rentabilité. Avec une stratégie claire et un engagement envers l’efficience, la marque est bien positionnée pour continuer à croître et à prospérer dans les années à venir.

Lire aussi : DACIA Vaner 2025 : le van le moins cher du monde, moins de 25 000 € !